Les Buttes Chaumont - Visite architecturale, urbaine et paysagère

Date
19.05.2018
14H00

Domaine(s) touché(s) :

Architecture, Urbanisme, Paysagisme

Le lieu :

Les Buttes Chaumont
Métro Botzaris (L. 7 Bis)

Le site Web :

http://www.cultureencapitale.com/_/Le_Quartier_de_Bercy.html

20180519_VISITES_BUTTES-CHUAMONT_Affiche.jpg

Précisions :

▲▼▲▼▲ LES BUTTES CHAUMONT ▲▼▲▼▲
▲▼▲ Distractions parisiennes : spectacles de pendus aux cures d’air factices ▲▼▲
avec
Culture en Capitale


C’est un miracle » annonçait un article de 1867 lorsque les Buttes Chaumont sont ouvertes au public. Le lieu inhospitalier fut, sous l’impulsion de Napoléon III, transformé en un des poumons verts de Paris, bien différents des autres parcs parisiens sans âme. Profitant des restes d’une des plus grandes carrières de la capitale, une succession de paysages français sont recomposés de toutes pièces : les montagnes vosgiennes et ses chalets, un faux lac des Pyrénées et ses ruisseaux, un usage malicieux du béton saura créer un véritable décor liant le tout.
Pendant plus de quatre siècles les Fourches de la grande Justice de Paris exposaient des pendus exécutés sur ordre royal. Véritable publicité de la justice royale, visible de tout Paris, le plus grand gibet de France sera détruit lorsque la guillotine sera mise en fonction. Jouxtant la butte Montfaucon et situé hors-les-murs pour éviter tout risque de contagion, l’hôpital Saint-Louis, voulu par Henri IV, servait à expurger la capitale de ses malades en tout genre, regroupés de façon générique sous le terme de pestiférés. L’hôpital ne cessera de développer des soins innovants et constituera un musée de moulages uniques.
Construit par Napoléon, le canal Saint-Martin servait à approvisionner Paris en eau potable, il conduit à la passerelle de la Grange-aux-Belles et son pont-tournant unique qui gardent l’esprit d’un film de 1938 qui ne manque pas d’atmosphère.
Retrouvez les pratiques oubliées : la pendaison se donnant en spectacle au gibet de Montfaucon ou les stations d’air pur pour souffreteux dans un parc factice. Découvrez l’ensemble des monuments historiques classés souhaités par Henri IV parmi lesquels un musée méconnu. Et partez sur la traces de vieux chemins devenu rues à l’architecture remarquable.


Date : Samedi 19 mai 2017 à 14H00.
Durée : environ 2h00.

Départ : À la sortie du métro des Botzaris (L. 7 Bis)
Arrivée : Passerelle de la Grange-aux-Belles (M° Jacques Bonsergent -L.5- ou M° Gare de l’Est -L.4,5,7- ou M° Goncourt -L.11-)

Tarifs : 5 € adhérent // 10 € non-adhérent.
Inscription : visites@grandemasse.org.